fond ecranfond ecran logo Royal
photo batiment
L'Hôtel des Arts et Métiers de Metz, singulier bâtiment en grès rose, a été inauguré en 1909 par le dernier Empereur Prussien Guillaume II, sous le nom de Gewerbehaus – Maison de Commerce ou Maison de l'Artisanat. Faisons un écart historique afin de restituer Metz en ce début du XXème siècle. Suite à l'Annexion Allemande de l'Alsace et de la Moselle en 1871, Metz, alors ville enclavée par ses remparts, nécessite une restructuration architecturale. Ce seront les plans de l'architecte strasbourgeois Gustave Oberthur et de son adjoint Ernst Priedat qui seront sélectionnés pour aménager le futur Quartier impérial de la ville, rassemblant notamment la Gare, la Poste et la Maison des Corporations. Dès 1906, le Gewerbehaus est ainsi le lieu de rencontre des Sept Corporations fondatrices (Menuisiers, Serruriers, Cordonniers, Tailleurs, Coiffeurs, Boulangers, Bouchers), dont quatre sont représentées sous forme de blason sur les vitraux de la grande Salle des Fêtes.
photo batiment photo batiment
Durant la Première Guerre Mondiale, le Gewerbehaus officia en tant que sanatorium/hôpital de repos pour soldats Allemands. En 1919, le « Cinéma Lorrain », plus tard renommé « Le Royal », ouvre ses portes aux premiers cinéphiles. Puis en 1923, il accueille le siège de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Moselle, inaugurée par le Président de la République Alexandre Millerand. C'est donc à partir des années 20 que les six immenses baies circulaires des vitraux ont été occultées au profit de l'assombrissement d'une salle de cinéma familiale, puis érotique depuis 1969. Le balcon surplombant la salle ainsi que le plafond sont caractérisés par leurs moulures, tandis que le hall d'entrée est éclairé par un magnifique vitrail présentant le forgeron et ses outils. Du côté de la Place Mondon, l'Hôtel est surmonté d'un clocheton à horloges et d'une statue de héraut portant l'écu aux armes de Metz. Il reste encore à examiner les reliefs décoratifs de la Salle des Blasons, qui, se cantonnant sur les dessus des portes et les encadrements de baies, sont des cartouches et enroulements de cuir, d’où s’échappent des guirlandes de fleurs et de fruits. Ce système ornemental d’écussons et de lanières qui se recroquevillent comme le parchemin ou le cuir desséché, est appelé Rollwerk. En dehors de ces masques, macarons et heaumes à cimier, le balcon développe un décor figuratif et fantastique de grotesques, faisant alterner des panneaux ajoutés d’écus, où grimacent des masques solaires encadrés. Le Gewerbehaus a donc adopté le style de la Renaissance Alsacienne, et est donc classé sans surprise, monument historique depuis le 5 Novembre 2002.